Presentation

« Il y a chez Laurent Millet un goût pour la méthode. Son travail n’obéit toutefois à aucun système. La part poétique de la méthode prend toujours le dessus et constitue une sorte d’armature qui se donnerait pour la métaphore toute entière de la pensée. D’où cette drôle de présence du «cérébral» dans son art : le parfum de la spéculation est partout mais plutôt que de s’évanouir il se transmute en formes...
Il ne s’agit pas d’objet mais de masses spatiales, de constructions élémentaires, de structures en développement, de processus de repliement, d’antimatières et, parfois de vestiges. Cette part du corpus de Laurent Millet est celle qui le relie le plus à la génération des sculpteurs monumentaux... Mais derrière le jeu des références, il s’agit bien de tenter de caractériser ce qui se joue dans une part importante de l’oeuvre : une expérience permanente du plan. Car Laurent Millet travaille sur le principe de la perception, montrant ainsi que le photographique constitue un espace de travail par le fait même que s’y déploie une vision par plans - du fait de la régulation perspectiviste que propose la machine optique. Alors que l’oeil fait le point, l’optique mécanique planifie la vision - cet axiome technique permet de regarder le jeu qu’instaure Laurent Millet par délimitation des formes dans l’espace ».
             
Michel Poivert
(Extrait du catalogue Enfantillages Pittoresques, éd. Filigranes)


Laurent Millet est né en 1968. Il vit et travaille à La Rochelle et enseigne à l’Ecole Supérieure des Beaux-arts d’Angers.
Il a reçu le prestigieux Prix Niépce en 2015 qui a récompensé l’ensemble de sont travail ainsi que le Prix Nadar qui a couronné le catalogue édité à l’occasion de son exposition monographique au Musée des Beaux-Arts d’Angers Enfantillages Pittoresques éd. Filigranes
 
Photographe et plasticien, Laurent Millet compose les chapitres d’une encyclopédie imaginaire, peuplée d’objets qu’il construit puis photographie dans des décors naturels ou dans son atelier. Ses assemblages sont des hybrides d’objets traditionnels, scientifiques, architecturaux, ou d’œuvres d’artistes dont il affectionne le travail. Chacune de ces constructions est l’occasion de questionner le statut de l’image : son histoire, sa place, les phénomènes physiques qui s’y rattachent et ses modes d’apparition.

Les œuvres de Laurent Millet sont présentes dans de grandes collections publiques et privées tant en France qu’aux Etats-Unis: Chicago Art Institute, Los Angeles County Museum, San Francisco mOma, Houston Museum of Fine Arts, Fonds National d’Art Contemporain, Maison Européenne de la Photographie, Bibliothèque Nationale de France, artothèques d’Angers, Grenoble, La Rochelle, Lyon, Vitré, Pessac, Caen...

 



Agenda

Les Enfantillages Pittoresques

17.05.2014 - 16.11.2014

Biographie

Né en 1968. Vit et travaille à Rochefort.



EXPOSITIONS PERSONNELLES  

2014 
- « Somnium », La Galerie Particulière, Paris
- « Enfantillages pittoresques », Musée des Beaux-Arts, Angers
- « L’Herbier », Vol de Nuit, Marseille

2013
- « Drawing Shadows to Earth », Art Sociates, Bandung, Indonesia
- « De la même étoffe que nos rêves », Estivales, Imagerie de Lannion

2012
- « Les Zozios », La (deuxième) Galerie Particulière, Paris
- « Je croyais voir un piège », Musée de la Chasse & de la Nature, Paris
- « Déconstruction », CAUE, Limoges

2011
- « Projection/Déconstruction », Centre Culturel de Ribérac, manifestation L’art est ouvert, Médiathèque de Narbonne, Festival Identiterres
- « Déconstruction », Moulin du Roc, Rencontres Photographiques, Niort

2010
- « The Last Days of Emmanuel Kant » - Robert Mann Gallery, New York

2009
- « Les Tempestaires » Rencontres d’Arles, dans le cadre du prix découverte.
- « Les derniers jours d’Emmanuel Kant », artothèque de Grenoble.
- « Les Zozios », Musée de Vladikavkaz, République d’Ossétie du nord, Russie.
- « Les derniers jours d’Emmanuel Kant », Médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle

2008
- « Travaux récents », Musée de Bagnères de Bigorre.

2007
- Festival FOTOKINO, Galerie de l’Ecole des Beaux Arts, Marseille.
- « Travaux Récents », Centre Culturel de la Visitation, Périgueux.
- « Un estuaire et ses mirages », Saint Palais sur Mer (17)
- « Inevitabile Fatum », Mai photographique de Quimper.
- « Dieux d’Eau », Ecole Municipale d’Art de Châtellerault.
- « Laurent Millet », Ecole des Beaux-Arts de Lorient.

2006
- « l’Emploi du Temps », Lycée Agricole Le Renaudin, St Germain de Lusignan (17).
- « Travaux récents », Artothèque de Vitré.
- « Bestiale Rivière », Artothèque de Pessac.
- « Petites Machines à Images », rétrospective, CGAI, A Coruna, Santiago de Compostela, Spain

2005
- Camera Obscura, Paris
- Robert Mann Gallery, New York, NY
- « Les Zozios », Spectrum Sotos, Zaragoza

2002
- « La Méthode », Robert Mann Gallery, New York, NY
    
2000
- Le Château d’Eau, Toulouse

1999
- « The Petites Machines & The Wind Traps » - Robert Mann Gallery, New York, NY
- « Laurent Millet », Musée des Beaux-Arts de Santa Fé, Nouveau Mexique, USA
- « Abbadia ou Le Cabinet De L’arpenteur », Médiathèque d’Hendaye, France
- « Petites Machines Littorales », Carré d’Art, Bayonne
- « Laurent Millet », Robert Mann Gallery, New York, USA .

1998
- « Petites Machines A Images », Galerie Michèle Chomette, Paris.
- « Petites Machines Littorales », Galerie L’ OEil Ecoute, Limoges.

1997
- « Peintures », Galerie Art Set, Limoges.

1994
- « Portuaires et Autres Mondes », Villa des Arts, Grenoble.
- « Portuaires », Artothèque de Grenoble.

1993
- « Portuaires », Centre Culturel de Landerneau.

1992
- « Portuaires », Rencontres Photo de Voiron.

1991
- « Portuaires », Le Quartz, Brest.




EXPOSITIONS COLLECTIVES 

2013
- Art Paris, La Galerie Particulière, Paris

2012
- « Les Amitiés Végétales », Saline Royale d’Arc et Senans

2011
- « At the Water’s Edge », Robert Mann Gallery, New York
- « Trucville », Chapelle du Géneteil, Château Gontier

2010
- « MAPAMUNDISTAS 10 » - Sala del Polvorín de la Ciudadela, Pamplona

2009
- « Les nuages… là-bas… les merveilleux nuages » - Musée Malraux, Le Havre
- « Description et image PhotoDimensional » - MoCP - The Museum of Contemporary Photography, Chicago, IL
- « Raymond Meeks / Laurent Millet » - Camera Obscura, Paris
         
2007
- « A New Reality: Black-and-White Photography in Contemporary Art », Zimmerli Art Museum, New Brunswick, NJ
- « Epilogues », Robert Mann Gallery, New York, NY
- « Treinta », Spectrum Sotos, Zaragoza

2006
- « OOTOE -One or Two of Each », Jack Fischer Gallery, San Francisco, CA
- « Réinventer le Visible », collection de la MEP, MEP, Paris (catalogue).
- « La Vidéo s’Installe à Mortagne », commissaire Jean-Paul Fargier.
- « Don Quichotte », Espace Encan, La Rochelle.

2005
- L’Hôtel des Arts Hors les Murs, Villa Aurélienne, Fréjus, France.
- « Dedans-Dehors », Le Portugal en Photographies. Collection Caixa Geral de Depositos

2003
- Quinzaine Photographique de Nantes
- « Le Pire est à Venir », Musée Nièpce, Châlon sur Saône.
- « Histoires Naturelles », Museum d’histoire Naturelle, Paris.

2002
- « Idea Photographic : after Modernism ». Santa Fe Museum of Fine Arts, USA.Catalog.

2001
- « Lectures du Paysage », Chapelle de la Sénatorerie, Guéret.

2000
- Family Tree/ 5 Artists. Robert Mann Gallery, NYC,USA

1999
- « American Pictorialism : From Steiglitz to Today », Catherine Edelman Gallery, IL, USA
- « Conscious Line », Anne Reed Gallery, ID, USA

1998
- Blind Spot, n° 10, SoHo Triad, New York, USA

1997
- Acquisitions, Artothèque d’Annecy

1996
- « Tout doit disparaître », Bibliothèque de Grenoble
- « La vie des Métiers », Musée Nièpce, Chalon sur Saône
- « Four solo Shows », Carrie Haddad Gallery, Hudson, USA
- Acquisitions, Artothèque de Caen
- « Pinhole Landscapes », France, Johan Westenburg Gallery, Great Barrington, USA

1995
- « Essuyage des plâtres », galerie de Forum, Toulouse

1994
- Acquisitions, Galerie du Château d’Eau, Toulouse

1990
- Image de l’Entreprise, Rencontres Photo de Carcassonne




VIDEOS

2011
- Equivalent. 38mn. Production Région Poitou-Charentes.


2008
- La Constellation des Choses. 60 mn. Production Musée Nicéphore Nièpce & Camera Lucida Productions


2006
- O gué ma mie, ô gué (7’)


2004/05
- Le Miroir des Simples Âmes (43’)


2004
- Take me up (1’)
- Janine (20’)

 

Prix

 

2015
- Lauréat du prix Niépce 2015

2014
- Lauréat du prix Nadar 2014 décerné au livre "Les Enfantillages Pittoresques"





SCENOGRAPHIE

2002
- Exposition « Machines Célibataires», Musée Nicéphore Nièpce , Chalon sur Saône.




COLLECTIONS

- Los Angeles County Museum, USA
- San Francisco Museum of Modern Art ,USA
- Museum of Fine Arts, Houston ,USA
- Chicago Art Institute, USA
- Museum of New Mexico, Santa Fé, USA
- Santa Barbara Art Museum, USA
- Museum of Fine Arts, Santa Fé, USA
- Boise art Museum, Boise, USA
- Center For Creative Photography, University of Arizona, Tucson, USA
- Maison Européenne de la Photographie, Paris
- Fonds National d’Art Contemporain, Paris
- Musée Nicéphore Nièpce, Châlon sur Saône
- Bibliothèque Nationale, Paris
- Artothèques de Toulouse, Grenoble, Annecy, Caen, Lyon, Pessac,Vitré,La Rochelle,Angers
- Galerie du Château d’Eau, Toulouse
- Fonds d’Art Contemporain du Limousin, Limoges
- CGAI, A Coruña, Espagne
- Caixa Geral de Depositos, Portugal




BOURSES, RESIDENCES

2009
- Bourse, Région Poitou-Charentes.


2007/09
- Membre de la Casa de Velazquez.


2007
- Résidence, Mai Photographique de Quimper.


2006
- Bourse pour la publication, Région Poitou-Charentes.
- Commande, Lycée Agricole Le Renaudin, Région Poitou-Charentes
- Résidence, Lycée Agricole Le Renaudin, with the association  Echancrures et la Région Poitou-Charentes
- Bourse, Musée Nièpce, with the project «Une Saison en Inde»


2005
- Bourse pour l'installation, DRAC Poitou-Charentes.


2003
- Résidence, Musée Nièpce,Chalon sur Saône


2002
- Résidence, Theater La Passerelle, Gap.


2001
- Fondation de France, Projet: le Moulin de La Baysse, Excideuil, France


2000
- Résidence au Portugal (Ministère de la Culture) avec le projet «Grandola Vista». Grandola, Portugal


1999
- Résidence, Domaine d’Abbadia, Conservatoire du Littoral, Hendaye, France


1997
- Résidence, Musée Niepce, Chalon sur Saône, France


1989
- Aide à la 1ère exposition, Fol du Tarn





PUBLICATIONS

2014
- Catalogue «Les Enfantillages Pittoresques», texte par Michel Poivert, Musée des Beaux-Arts d’Angers, Ed. Filigranes


2012
- Cat. «Je croyais voir un piège», Ed. des Cendres


2009
- Cat. «Là-bas les merveilleux nuages», Musée Malraux, Le Havre
- Darchitecture, no 181, pages 20/21, par Olivier Namias.


2008
- Chroniques de la BNF, No 41, par Anne Biroleau
- ArtKopel, Ed. papier, «Laurent Millet, l’Emphase du Diaphane», pages 103 - 151.
- Cat. « Petites Machines à Images », text by François Seigneur, Ed. Filigranes
- Artkopel.com, «Laurent Millet, l’Emphase du Diaphane»


2007
- Turbulences Video, texte par Jean-Paul Fargier, no 55, pages 80 - 85


2006
- Blind Spot 32, «A Tribute to Kim Zorn Caputo», New York
- Photos Nouvelles, no 40
- Le Monde 2, «100 raisons d’Être Optimiste», février
- Blind Spot Magazine, New York, no 31


2005
- Libération, 17 décembre
- Cat. «Dedans-Dehors», Portugal vu au travers de Photographies. Collection de la Caixa Geral de Depositos
- The New Yorker, octobre
- Art On Paper, septembre
- La Croix, 19 août
- L’Humanité Hebdo, 16 juin
- Le Figaro, 28 juin
- Cat. «Laurent Millet , les Lieux de l’Instant» Isthme Ed., avec le soutien du CNDP


2003
- Télérama, august 13th, page 17.
- Cat. «Les Monolithes», texte par Muriel Pic, Abstème et Bobance, Paris.


2002
- The New Yorker, 23 septembre
- New York Times, 18 octobre
- Poîesis, no 14, Toulouse
- L’actualité Poitou-Charentes, no 57
- Cat. «La Trasura», avec l'aide de l'Abbaye aux Dames, Saintes.
- Cat. «La Methode», Ed. Filigranes


2001
- Libération, 9 novembre
- L’Humanité, juillet
- La Croix, 19 juillet


2000
- Blind Spot Magazine, no 15
- Cat. «Laurent Millet», Galerie du Château d’eau,Toulouse


1999
- Art on Paper, New York, juillet-août, page 63
- New York Times, 23 avril
- Cat. «Théâtre de la mémoire», Musée des Beaux-Arts, Santa Fe, USA
- Cat. «Abbadia ou le Cabinet de L’Arpenteur»
- Le Festin, Bordeaux


1998
- Blind Spot Magazine, New York, no 10


1997
- La Longue Vue, Bordeaux


1996
- La Vie du Rail


1992
- Le Havre De Grâce, livre publié par Le Port du Havre

Voir plus

Textes

Laurent Millet  écoute les paysages  qui  lui parlent.


Paul Eluard parlait des moments de la vie comme des "instants échappés aux processus du temps". Octavio Paz répondait "l'instant est inhabitable comme le futur".  C'est ce va-et-vient dérangeant entre passé et  présent qui  nous échappe toujours  que j'aime dans le travail de Laurent Millet.
Quelle est  la source de l'attachement intime qu'il a pour des paysages qu'il passe son temps à reconstruire ?
S'agit-il de "terres natales" comme pour Raymond Depardon ? Ou, pour   ceux qui recherchent la possibilité d'une île, s'agit-il d'une recherche de terres promises ? Je crois plutôt qu'il s'agit d'une quête de "terres-promesses" telles que devinées par ce peintre du XVIIIème siècle qui promenait son  "miroir de Claude" sur les chemins pour les voir autrement. "C'est ainsi que nous voyons le monde disait Magritte : une peinture se superpose au paysage qu'elle représente de sorte qu'on ne fasse plus la différence". Simon Schama conclut : "sous les conventions qui bornent la vue, il s'agit de mettre au jour la veine du mythe et de la mémoire".

Pour le photographe comme pour le tailleur de pierre, la réalité n' est paradoxalement pas une donnée figée. Elle est seulement une donnée provisoire avant de  glisser sous la peau des apparences où "le déterminisme des idées prime le déterminisme des faits" ( G.Bachelard). Laurent Millet aurait été à l'aise au milieu des sculpteurs des Cathédrales du XIIme siècle quand ils sillonnaient l'Europe des Flandres à la Castille. Ses images sont comme arrêtées dans leur chute immédiate, sur terre comme dans les nuages, à travers les impalpables surfaces du monde liquide qu'il affectionne parce qu'il en montre les turbulences qui les animent et l'inertie qui les taraudent.
Il fait partie de ces photographes qui ignorent le raisonnement analogique  du montage de mécano. Sur les marelles qu'il recherche il fonctionne par ruades sans se servir de béquilles. Aucune aide métaphorique. Il se contente de labourer inlassablement ses  près carrés de prédilection.
C'est un photographe de l'aube. Non pas celle de la journée qui commence mais l'aube de la lumière qu'il attend. D'où vient-elle, comment éclaire-t-elle, qu' éclaire-t-elle ? Que se passe-t-il quand elle s'assombrit et s'en va ?
C'est précisément ce qu'il montre dans ses photographies et ses installations, non pas en quête d'auteur mais en quête de clarté. Nuri Bilge Ceylan tourne ses films comme des lettres qu'il envoie dans l'obscurité. Les photographies et les films de Laurent Millet sont des lettres qu'il envoie contre les vitres qui le séparent des nuages. Son goût pour la matérialité  fait de lui un photographe étymologique par son attrait pour les  poutres  celles  qui donnent accès aux chemins de traverses qu'il franchit à tout bout de champ.
Cela dit, il ne cherche pas à saisir des rythmes mais une rythmique en images arrêtées, celle du discontinu des  images par à-coups. Une rythmique qui suit les injonctions formulées par Cézanne quand il parlait  des "formes de femmes et des épaules de colline".
La modernité de ce photographe qui se satisfait de la simplicité qui l'entoure, s'éclate comme les poutres qui frappent l'eau sans écouter leur bruit. C'est ainsi qu'il fendille "les temps". Claudel disait " il est à la même heure toutes les heures à la fois" car  il y a les temps de la réalité et les temps de l'imaginaire. Le jeu des forces qui se déplacent en contre champ du jeu des mouvements sans remettre en cause la royale indifférence de la nature sont autant de temps privilégiés.
Il aime ces temps où il est agréable d'agir  parce qu'ils lui donnent la possibilité  d'aller sous la peau des nuages, sous la brillance des bulles.  La traque de ces dernières peut paraître bien  illusoire  à  celui qui ne voit pas qu'elles rythment le vertige. C'est parce qu'il est en résonance  avec les temps que  Laurent Millet est en résonance avec le vide qu'il suppose. C'est comme cela qu'il peut prendre de la hauteur au dessus des marais que hantent ses "tempestaires". Il n'a rien à voir avec ce guerrier furieux qui faisait battre la mer par dépit. Il cherche à faire sortir l'eau de son mutisme afin d'écouter-voir si l'écume lui répond.
Mallarmé disait que Sainte Cécile était la musicienne du silence. Laurent Millet écoute en silence les paysages qui lui parlent.

Alain Desvergnes

 

Voir plus

Presse

Une encyclopédie imaginaire

27.03.2015

Arts Libre - La Libre Belgique

Praesentia

27.03.2015

L'Express - Le Vif

Laurent Millet en lignes de connivence

19.09.2014

Journal des Arts

L'âme glaneuse de Millet

09.08.2014

Libération

Laurent Millet

01.06.2014

L'Oeil

Plein la vue

14.05.2014

Télérama Sortir